Images : Exceptionnelle résidence ancestrale de 1780 à vendre dans le Vieux-Québec

Exceptionnelle résidence ancestrale de 1780 à vendre dans le Vieux-Québec

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Les Maisons dans Images
Partager sur Facebook
0 0 Partages

« On ne peut rester indifférent face à cette somptueuse demeure au coeur du Vieux-Québec », écrit l'agent d'immeuble dans la description de la fiche de cette résidence située au 58 Ste-Ursule. 

La propriété de plus de 6 000 pieds carrés est absolument magnifique! Située près du coin de la rue St-Louis, elle « vous offre un mode de vie urbain dans un décor historique », précise la description. 

« Quartier vivant par les nombreuses personnes foulant les trottoirs de cet espace pittoresque rempli d'histoire arborant un romantisme certain. Peu importe la saison, cet endroit hors du commun vous fera passer par toutes les sortes d'émotions. Ella a été rénovée en conservant son esprit d'époque qui rassemble la beauté, le confort, le bon goût, la sécurité et la fonctionnalité. »

Cuisine

La cuisine est luxueuse et spacieuse. 

Remarquez ces superbes armoires en bois. 

Salle à manger

La grande salle à manger est attenante à la cuisine et offre une vue sur la rue frontispice. 

Salon et boudoir

« Le salon et le boudoir jumelés offrent un espace de partage et de relaxation avec ses deux foyers au gaz naturel », peut-on lire dans la description.

Piscine 

La résidence comprend une piscine intérieur avec des portes qui s'ouvrent sur le jardin. 

Chambre à coucher principale

La chambre des maître est très spacieuse. 

Elle comprend un immense walk-in et une grande salle de bain attenante. 

Chambres à coucher secondaires

La propriété compte quatre autre chambres à coucher, dont une avec salle de bain attenante. 

Salle de lavage et véranda

Il y a aussi une salle de lavage indépendante et une véranda. 

Cour arrière

La cour arrière comprend une terrasse. 

Elle est intime et aménagée avec une cuisine d'été. 

Garage

Le garage donne sur la ruelle des Ursulines et il y a trois autres espaces de stationnements supplémentaires dont deux sur un terrain attenant en servitude. 

Il est possible de lire l'histoire de la maison sur le site du répertoire du patrimoine culturel du Québec : 

« Le journalier Jean Picquet fait entreprendre en 1752 la construction d'une maison en pierre à un étage sur cet emplacement de la rue Sainte-Ursule. L'année suivante, cette propriété est cédée pour la moitié au perruquier Étienne Bois et pour l'autre moitié en 1759 à l'aubergiste Jean Noël. Cette seconde moitié est vendue en 1763 au gendre d'Étienne Bois, le menuisier Louis Coutant. Celui-ci y habite toujours en 1795.

La partie sud de la résidence est occupée en 1798 par le messager du château Isaac Guay qui a acquis cette portion de Louis Coutant en 1797. Louis Coutant occupe alors la maison voisine au nord. On retrouve Isaac Guay en 1805 dans la portion sud de la demeure; la portion nord de la maison abrite également le menuisier William Morrisson qui a acquis cette portion en 1804. Ce dernier qui sera maître du chantier du roi fait l'acquisition de la portion sud de la propriété et de la maison en pierre à un étage en 1811 et y réside en 1818. Selon le plan-relief de Jean-Baptiste Duberger (1767-1821) et de John By (1779-1863), on y observait vers 1808 une résidence à un étage munie d'une large cheminée du côté sud.

En 1845, la maison qui appartient désormais aux héritiers Morrisson est entièrement louée. C'est alors qu'on y trouve le marchand de farine F.R. Grey. La maison est cédée en 1846 à Grey avant que la propriété soit laissée en 1863 à George Hart qui a épousé Elisabeth Brown.

On observe sur les lieux en 1875 une résidence en pierre à deux étages coiffée d'un toit à pignon mitoyen et munie d'une aile en brique à un étage et une remise en bois au fond de la cour. L'ancien premier ministre de la province de Québec, Gédéon Ouimet (1823-1905), réside sur les lieux en 1876.

La propriété est cédée en 1889 au médecin Charles-Auguste Verge qui réside dans sa maison en 1890. La propriété est laissée à Charles Verge jr. en 1895. Finalement, à la suite d'une saisie, la demeure est vendue par le shérif en 1913 à Ulric Tessier. Ses héritiers la vendront à leur tour en 1921. »

Le prix demandé? Deux millions de dollars! Il s'agit d'une copropriété indivise et on demande un minimum de 20 % en comptant au financement, soit 400 000 dollars. 

Consultez la fiche pour plus de détails.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Centris
Crédit Photo: Centris