Trucs et Astuces : Et si on remplaçait notre gazon par du thym?
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Et si on remplaçait notre gazon par du thym?

Voici une option qui vous sauvera de passer la tondeuse plusieurs fois dans le mois!

Publié le par Les Maisons dans Trucs et Astuces
Partager sur Facebook
280 280 Partages

La pelouse conventionnelle, que l’on nomme Kentucky et que nous avons presque tous et toutes sur nos terrains n’est pas la meilleure option. Premièrement, on devient pratiquement esclave de la tondeuse et deuxièmement, elle n’est pas du tout écolo!

On peut donc se tourner vers d’autres options en termes de couvre-sols. Parmi elles, le thym!

Auriez-vous pensé que la pelouse classique apporte plus d’inconvénients que d’avantage? Pourtant, on se pose rarement la question sur ce qui pourrait la remplacer… 

Saviez-vous que le gazon, qui entretient la compétition entre voisins, nécessite en moyenne :

  • De 4 à 5 litres d’eau par mètre carré. Ce qui est énorme, quand on pense au fait qu’il y a de plus en plus de périodes de grande sécheresse en été. 
  • Beaucoup d’entretien. La tonte de la pelouse est une tâche dont la plupart des gens se passeraient bien! 
  • Des engrais chimiques, qui polluent les nappes phréatiques, les cours d’eau, l’air et le sol et qui font disparaitre les insectes, qui sont pourtant des alliés des jardins. 

Pourtant, on continue la tradition du gazon classique. Certains pensent que les alternatives sont réservées aux « écolos granos » purs et durs. Mais opter pour un autre couvre-sol est accessible à tous et permet de sauver beaucoup en temps d’entretien, en coûts et permet de bénéficier d’une surface fertile pour faire pousser des plantes qui ont une réelle utilité, comme les jardins comestibles.

Les couvre-sols alternatifs (prairies fleuries, trèfle, quatre-temps, fétuque, herbe à bison, etc.) sont nombreux. Ils résistent bien à la sécheresse et au temps humides, s’adaptent à différents types de sol (sec, humide, rocailleux). De plus, ils ne nécessitent que peu ou pas d’entretien du tout, ni d’engrais. Aussi, ils attirent les bons insectes et éloignent les nuisibles, préviennent l’érosion causée par le ruissellement et améliorent même la qualité des sols, en fixant l’azote. 

Parmi les options, il y a aussi le thym, qui est moins connu, mais qui est très intéressant…

 anitasanchez.com

Comme les autres couvre-sols, le thym (serpolet, à feuilles larges, commun, rouge, laineux, citron...) résiste au piétinement léger, est très résistant et ne demande que très peu d’entretien. En général, il ne faut qu’une simple tonte à la fin de sa floraison.

Ce qui distingue couvre-sol qui pousse bien au gros soleil, dans les pentes et les rocailles, ce sont ces petites fleurs pourpres ou blanches qui se multiplient au printemps et à l’automne et qui apportent un effet spectaculaire au terrain. Bonus : le thym, ça sent très bon!

Le thym tolère aussi très bien le sel. Voilà de ce fait un choix tout indiqué le long des pavés, des stationnements et des routes que l’on déglace en hiver. 

ecohorticole.ca

Quels sont les moins bons côtés de ce choix?

Le thym coûte plus cher que le gazon du Kentucky, peut prendre un peu plus de temps à pousser et attire les abeilles (ce qui peut freiner les gens qui en ont peur).

Éco Habitation a questionné Micheline et Christian, des participants de 2018 de la formation « Je construis ma maison écologique : le parcours » qui en essayé le thym.

Le couple a confié avoir rencontré un problème de vers blanc. Il cherchait un couvre-sol autre que le gazon et sans entretien. Le thym rampant est résistant et contrairement au gazon, il ne nécessite pas d’arrosage fréquent ou de tonte. Au printemps, les fleurs dégagent un parfum agréable. Christian et Micheline ont planté du thym de différentes couleurs, ce qui, selon eux, ne manque pas d’impressionner les passants. 

Leurs conseils pour qui songe à planter du thym? S’armer de patience! Le résultat peut se faire attendre quelques années.

khkeeler.blogspot.com

Vous avez envie de vous lancer dans l’aventure du thym? Voici quelques conseils :

  1. Choisir des espèces locales (indigènes), qui sont mieux adaptées aux conditions d’ici.
  2. Récupérer l’eau de pluie pour arroser les plantations. Cela fait économiser de nombreux litres d’eau. (Un boyau d’arrosage débite environ 1 000 litres d’eau potable à l’heure, ce qui est l’équivalent de la consommation d’eau potable recommandée pour une personne pendant plus d’un an!
  3. Choisir un gazon écologique, si on tient à planter de la pelouse. Il faut savoir que pendant les périodes de sécheresse, le gazon jaunit, mais ne meurt pas. Alors pas besoin de l’arroser, il reverdira avec les pluies. 
Partager sur Facebook
280 280 Partages

Source: éco habitation
Crédit Photo: sad