Trucs et Astuces : Important changement dans la loi concernant les détecteurs de fumée.

Important changement dans la loi concernant les détecteurs de fumée.

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Les Maisons dans Trucs et Astuces
Partager sur Facebook
1,686 1.7k Partages

Si vous avez toujours un avertisseur de fumée à pile 9 volts et que vous habitez Montréal, vous devrez vite le remplacer. 

En effet, dès le 20 juin, les avertisseurs de fumée à pile 9 volts seront interdits sur tout le territoire montréalais si le conseil d'agglomération adopte ce nouveau règlement. 

Tous les bâtiments résidentiels construit avant 1985 devront se doter d'un avertisseur de fumée avec pile au lithium inamovible d'une durée de 10 ans. 

« Nous ne le répéterons jamais assez, l'avertisseur de fumée est peu coûteux, efficace et sauve des vies. Il n'est en aucun cas optionnel, mais obligatoire, aussi j'invite la population à doter leur domicile d'un de ces avertisseurs le plus rapidement possible pour assurer la sécurité de toutes et tous », a déclaré Rosannie Filato, membre du comité exécutif, responsable de la sécurité civile, dans un communiqué de presse diffusé jeudi.

Les Montréalais auront jusqu'en juin 2020 pour se conformer au nouveau règlement. Après, toutes les personnes qui auront toujours un vieux modèle pourraient recevoir une amende de 250 dollars par logement. Dans les cas de récidive, cette amende grimpera à 500 dollars. 

« Il y aura de moins en moins d'incidents malheureux dus à un simple avertisseur dont la batterie 9 volts est morte », a fait valoir Rosannie Filato à La Presse. 

Cette nouvelle mesure fait suite, notamment, au rapport du coroner de l'automne 2017 sur un décès survenu en 2013. Dans ce rapport, le coroner recommandait de modifier le règlement et l'installation de piles au lithium dans chaque logement construit avant 1985 d'ici 2025. 

Dans le même communiqué, la mairesse de Montréal Valérie Plante a annoncé que « les premiers répondants de toutes les casernes du Service de sécurité incendie ont été formés par les paramédics d'Urgences-santé pour administrer la Naloxone. Cet antidote aux surdoses d'opioïdes, qui peut littéralement sauver des vies, a été déployé progressivement en commençant avec les casernes des secteurs plus à risque. »

Partager sur Facebook
1,686 1.7k Partages

Source: La Presse
Crédit Photo: Adobe Stock