Vidéos : Une offre pour les acheteurs courageux: un palais de justice hanté!

Une offre pour les acheteurs courageux: un palais de justice hanté!

Un bâtiment historique bien connu dans la région de Lanaudière est maintenant sur le marché

Publié le par Les Maisons dans Vidéos
Partager sur Facebook
0 0 Partages

À moins d’un mois de l’Halloween, un immeuble intéressant sera bientôt affiché sur le marché immobilier.

Si vous avez toujours rêvé de posséder un lieu hanté, voici votre chance!

Le vieux palais de justice de L’Assomption, dans région de Lanaudière, est réputé pour être habité par un esprit. Il est à vendre pour 550 000 $, fantômes inclus!

Selon Marc-Antoine Jussaume, le fils de la propriétaire des lieux, le bâtiment de 12 800 pi2 (1194 m2), sera bientôt affiché officiellement.  

Le palais de justice est situé au bord de la rivière L’Assomption. Il a été construit en 1811 et est devenu un hôtel de ville en 1857, avant d’être classé monument historique en 1973. Depuis des années, on affirme que l’endroit est le théâtre de phénomènes paranormaux.   

capture d'écran - YouTube - Le Sac de chips

Il y a deux ans, l’équipe du Sac de chips (Journal de Montréal) a voulu constater par elle-même les éventuelles manifestations spectrales à cet endroit.

Elle aurait été témoin phénomènes bizarres...

Sur la chaine YouTube du média, on présente une vidéo de l’expérience avec la description suivante « Pendant la visite, à la grande surprise de l’équipe, une marque rouge est apparue sur le visage de Frédéric alors que nous étions dans la salle de cours. La toile au-dessus du foyer dans l'entrée du bâtiment est également tombée pendant que nous étions à l’extérieur ».

capture d'écran - YouTube - Le Sac de chips

Des chasseurs de fantômes ont affirmé avoir découvert ce qui se cache dans cette demeure insolite. Selon eux, les murs de la bâtisse seraient habités par l’esprit d’un déserteur qui a tenté d’échapper à la conscription pendant de la Première Guerre mondiale, entre 1914 et 1918.   

capture d'écran - YouTube - Le Sac de chips

On dit aussi qu'un homme serait mort de façon suspecte dans le grenier et que son décès aurait été camouflé pour des raisons que l'on ignore. Un curé hanterait les lieux, égratignant même la peau de certains visiteurs! (On le dit susceptible!). Un ancien juge occuperait aussi le bâtiment et on dit qu'au sous-sol ouest, des gens aperçoivent des lumières et se font toucher par des enfants... 

On explique ces présences par les messes noires et autres activités occultes qui se seraient déroulées dans cet immeuble avant son rachat, en 1986.

Me Antoine Mayrand, le père de la propriétaire actuelle Françoise Mayrand, avait acquis le palais de justice avec l’aide de l’ex-maire de Repentigny Jacques Dupuis et de l’ancien premier ministre Jacques Parizeau.

Le bâtiment ancestral a connu plusieurs vies. En plus de palais de justice, il a servi de magasin La Baie, de bureau d’enregistrement, de clinique externe, d’hôtel de ville et de résidence privée.

Il héberge maintenant un centre culturel et communautaire, une boîte à chansons et un gîte. C’est un lieu qui attire les adeptes du paranormal et des phénomènes étranges.

Le fils de Mayrand a confié au Journal de Montréal avoir encore une fois été témoin d’un phénomène inusité.

«Durant un mariage, une porte retenue par un [butoir] s’est refermée devant nos yeux, malgré le poids », a-t-il dit.    

D’après lui, ces histoires sont fréquentes. Cependant,  il veut rassurer les acheteurs potentiels: l’endroit n’a «rien de méchant»!

«Ce n’est pas parce qu’on dit “hanté” que ça veut dire “morbide”. C’est hanté... sympathique», a-t-il blagué.    

Mais si les lieux ne sont pas si apeurants, pourquoi vendre?  Pour des raisons économiques, a avoué monsieur Jussaume.

«On est en grosses difficultés financières. On essaie de sauver ce lieu historique du mieux qu’on peut.»   

Reste à voir qui aura le courage de se porter acquéreur des lieux. Un passionné du paranormal ou un sceptique pur et dur?

Voici la vidéo de l'expérience de l'équipe du Sac de chips, il y a deux ans:

Partager sur Facebook
0 0 Partages