Un Montréalais reçoit 33 000 $ après avoir été expulsé de son logement pour une fausse raison

Le locataire a eu raison de se plaindre.

Les Maisons

Un locataire évincé sous un faux prétexte a reçu 33 000 $ de ses anciens propriétaires, rapporte le Journal de Montréal

Ronald Moroz habitait depuis 2015 dans une maison de l'arrondissement Côte-des-Neiges, qu'il louait pour 3 000 $ par mois. 

Trois ans plus tard, ses propriétaires l'ont évincé sous prétexte que leur fille allait emménager dans la maison. Il s'agit là d'un des rares motifs autorités par le Tribunal administratif du logement (TAL) pour évincer un locataire qui ne fait rien de mal.

Mais la maison est plutôt restée vide durant des mois après le départ de M. Moroz. La résidence a ensuite été vendue pour 905 000 $, alors que le couple l'avait achetée pour 225 000 $ en 2000. 

M. Moroz s'est donc tourné vers le TAL, qui lui a donné raison. « « Vu l'importance du phénomène, une telle sanction permet au Tribunal d'exprimer concrètement son indignation face à la conduite des locateurs. Elle fait aussi comprendre à quiconque serait tenté d'agir comme eux combien une tête conduite est blâmable », a noté la juge Suzanne Guévremont dans le jugement consulté par le Journal de Montréal. 

D'ailleurs, le couple est propriétaire de six autres maisons.

Le TAL doit d'ailleurs trancher sur de plus en plus de demandes de reprises de logement depuis des années.