Une propriétaire poursuivie pour vol par effraction après avoir vidé son logement

Une propriétaire se retrouve dans l'eau chaude

Les Maisons

Une propriétaire qui a décidé d'expulser ses locataires d'une de ses maisons durant ses vacances se retrouve maintenant dans l'eau chaude, rapporte BFMTV

« J'ai vidé la baraque », a raconté Maria A., la propriétaire d'une résidence à Montlegun, non loin de Carcassonne, en France. 

Ses locataires avaient omis de payer le loyer depuis cinq mois et avaient même changé les serrures des portes, selon l'Indépendant.

C'est en octobre dernier qu'elle avait prévenu ses locataires qu'ils devraient quitter les lieux au mois de mai, à la fin du bail de trois ans. Toutefois, les locataires ont rapidement contesté la décision, affirmant que le bail durait plutôt six ans. Ils ont ensuite engagé une avocate pour s'opposer à la résiliation de bail, mais l'audience a été reportée au 3 octobre 2022. 

« Il y a une condition qui permet de signer un bail de trois ans (...), il faut qu'elle comporte un caractère familial, dans cette affaire ce n'est pas le cas », explique à BFMTV Me Dounia Hamchouch, l'avocate des locataires.

Mais la propriétaire a décidé de ne pas attendre l'audience, étant donné que les locataires ont cessé de payer le loyer depuis cinq mois. Ainsi, le 12 juillet dernier, elle a attendu que ses locataires partent en vacances pour vider la maison de leurs affaires et changer les serrures. 

Selon elle, il s'agit d'un comportement « innommable » pour protéger « le fruit de son travail de commerçant » et d'éviter la saisie de sa maison.

« J'ai tout mis sur le trottoir, les gens sont venus se servir, le bruit d'un vide grenier s'est vite répandu jusqu'aux quartiers voisins, quant aux voitures, elles sont chez des épavistes, dont la police a les numéros », ajoute la propriétaire. 

Mais en rentrant de vacances, les locataires ont décidé de ne pas lâcher prise. « J'ai fait le tour de la maison, j'avais mon fils avec moi, il m'a dit 'maman, on n'a plus rien'. On a retrouvé des choses de l'intérieur à l'extérieur », explique la dame à RTL. Ils ont retrouvé certains de leurs biens sur internet et accusent des « pilleurs » de tenter de les revendre. 

Selon l'avocat des locataires, ces derniers ont cessé de payer leur loyer à partir du mois de mai étant donné le conflit en cours avec leur propriétaire. « Cette dernière a pris la place du juge et s'est fait justice. Ce sont mes clients qui sont les victimes », dit-elle, soulignant que la famille a dû quitter la ville après avoir reçu des menaces sur les réseaux sociaux.

« J'ai à traiter d'affaires de squatteurs, de gens qui ne paient pas le loyer depuis quatre ans, ce n'est absolument pas le cas dans cette affaire. Là ce n'est absolument pas le cas », ajoute l'avocate.

La propriétaire est par ailleurs visée par une plainte pour « vol avec effraction ». Elle risque jusqu'à 100 000 euros d'amende et jusqu'à sept ans derrière les barreaux.