Achat d’un terrain : tout ce qu’il faut savoir

Vous souhaitez acheter un terrain pour y faire construire la maison de vos rêves ? Lisez cet article avant d’entreprendre vos démarches.

Les Maisons
Achat d’un terrain : tout ce qu’il faut savoir

Le marché immobilier n’est pas le seul à avoir connu un boom, au cours des derniers mois. En effet, celui des terrains à bâtir est lui aussi très actif, depuis quelque temps. Vous faites partie des Québécois qui rêvent de se faire construire la maison de leurs rêves sur le terrain de leur choix ?

Sachez qu’avant de vous lancer dans la quête de l’emplacement parfait pour votre projet d’envergure, il est important de connaître les critères et les étapes associés à l’achat d’un terrain. Voici tout ce que vous devez savoir pour prendre une décision éclairée et faire un bon investissement.

Se faire construire : est-ce fait pour vous ?

L’acquisition d’un terrain pour vous faire bâtir est-elle l’option qui vous convient le mieux ? Pour répondre à cette question, il suffit de comparer les avantages et inconvénients de l’achat d’un terrain vacant à ceux de l’achat d’une maison existante.

Un terrain à bâtir

Avantages :

- Le choix de votre emplacement et une maison à votre image
- Les économies à moyen et long termes (meilleure isolation, équipement plus écoénergétique, pas de rénovation immédiate, etc.)
- Les crédits et remboursements de la taxe pour habitations neuves

Désavantages :

- Plus cher à l’achat
- Un long processus souvent accompagné de délais importants
- Un gain de capital plus lent

Une maison existante

Avantages 

- Un projet concret et rapide
- L’emplacement urbain (il est plus facile de trouver une maison existante au centre-ville qu’un terrain vacant)
- Le charme d’un ancien bâtiment

Désavantages :

- La consommation énergétique
- Les travaux à effectuer, à moins qu’il ne s’agisse de rénovations rentables
- Une maison qui n’est pas tout à fait à votre goût

En bref, si vous êtes impatient de prendre possession de votre propriété et que vous n’avez pas le temps de coordonner un chantier de construction pendant des mois, l’achat d’un terrain n’est peut-être pas pour vous. Il faut faire preuve de patience, mais aussi d’une grande vigilance, lorsqu’on souhaite acquérir un terrain, car ce processus comporte plusieurs pièges.

Achat de terrain

L’achat d’un terrain vacant pour la construction peut engendrer deux alternatives : construction faite par l’assuré ou construction faite par un entrepreneur général.

Les entrepreneurs en construction qui agissent à titre de maitre de chantier. Aucune gestion n’est requise des propriétaires du terrain ; ils paient seulement la facture et la maison leur est donnée clef en main à la fin du projet.

Avantages :

- Le gestionnaire de chantier s’occupe de gérer toutes les complications qui pourraient découler de la construction.
- Il s’occupe aussi de gérer les différents quarts de métiers présents.
- Tous les frais supplémentaires occasionnés par des problématiques ou des retards sont supportés par l’entrepreneur. La facture finale n’en sera pas impactée.

Choisir un terrain : bien plus qu’une question d’emplacement !

Dans le cas de l’achat d’un bien immobilier, nombreux sont ceux qui considèrent l’emplacement comme le critère le plus important. Ce n’est pas un secret : une propriété située dans un voisinage convoité sera plus chère qu’une autre du même type localisée en banlieue. Mais, les terrains vacants se font plutôt rares dans les zones urbaines et pour faire un bon investissement, il faut considérer de nombreux éléments. Les voici en détail :

Le zonage et la réglementation en vigueur

L’une des vérifications les plus importantes à faire avant d’acheter un terrain est de vérifier le zonage et la réglementation municipale sur la construction d’une maison neuve. Qu’est-il possible d’y construire ? Combien d’étages pourrez-vous construire ? Certaines municipalités ne permettent pas les maisons multigénérationnelles, les minimaisons et les maisons conteneurs. D’autres imposent des caractéristiques spécifiques quant aux matériaux à utiliser, le nombre d’étages maximum et plus encore. Pour faire ces vérifications, vous pouvez consulter le règlement de zonage de la municipalité envisagée. Ce registre cible les exigences pour chacune des zones faisant partie de son territoire. Au besoin, il est aussi possible de contacter le Service de l’urbanisme de la municipalité.

La qualité et la composition du sol

Pour vérifier que le terrain est constructible, vous devrez demander au vendeur à voir les tests du sol effectués. Cela vous permettra d’en connaître davantage sur la qualité et la composition du sol pour vous assurer que le terrain sera en mesure d’accueillir les fondations de la maison de vos rêves. Gare aux terrains argileux ou forts en eau ! Ces derniers pourraient faire augmenter les coûts de la construction de vos fondations et les risques de glissement de terrain. De plus, n’oubliez pas de vérifier que le sol n’est pas contaminé, car les frais de décontamination sont exorbitants.  

La superficie et la forme du terrain

Vous paierez votre terrain selon un tarif au pied ou mètre carré. La superficie de ce dernier influencera directement son prix. Vous devez vous assurer qu’il est assez grand pour contenir votre résidence et tout l’aménagement que vous avez prévu. Il est également indispensable de vérifier que la superficie annoncée correspond à celle qui figure sur le plan. Attardez-vous également à la forme et la nature physique du terrain, deux éléments qui auront un impact important sur la faisabilité de votre projet. Enfin, certains terrains sont vendus boisés alors que d’autres sont prêts à construire. Sachez qu’il faut prévoir plusieurs milliers de dollars pour faire déboiser un terrain.

Les services

La proximité et l’accessibilité aux services essentiels et municipaux sont des avantages précieux qui peuvent grandement améliorer votre qualité de vie. Le terrain est-il relié par les raccordements électriques et téléphoniques de la ville ? Qu’en est-il des services d’aqueduc ? La collecte des déchets et le déneigement de la rue sont-ils pris en charge par la municipalité ? Y a-t-il une épicerie dans les environs ? Voilà toutes des questions auxquelles vous devrez trouver réponse avant d’acheter le terrain.

L’orientation du terrain et l’accès

En plus de son emplacement, il est important de prendre en considération son orientation par rapport à l’ensoleillement. De plus, vous devez vérifier son accessibilité. Le terrain est-il relié à une rue ? Est-il à proximité des principaux axes routiers ? Ces critères influenceront certainement la valeur du terrain.

Les servitudes

Le terrain peut être soumis à des servitudes qui imposent certaines restrictions quant à son utilisation et son aménagement. Par exemple, si des équipements d’Hydro-Québec s’y trouvent, il est impossible de construire une infrastructure à proximité. Un élément très important à vérifier pour éviter les mauvaises surprises !

Le prix du terrain

Finalement, le dernier critère et non le moindre est celui du prix. Certains vendeurs évaluent mal la valeur de leur terrain, alors faites vos propres recherches. Comparez avec les prix des autres terrains du secteur et ceux de différentes municipalités. Pour éviter de payer un terrain trop cher, vous pouvez vous faire aider par un courtier immobilier.

Le certificat de localisation : une garantie indispensable

Pour obtenir une grande partie de l’information nécessaire à votre prise de décision, vous devez consulter le certificat de localisation signé par un arpenteur-géomètre certifié par l’Ordre des arpenteurs-géomètres du Québec.

Ce document à valeur légale vous fournira un portrait global sur la situation et la condition actuelle du terrain. Vous obtiendrez tous les détails quant à l’emplacement, ses bornes et sa superficie constructible, de même que sur les lois et règlements qui l’affectent. Votre notaire sera en mesure de vérifier la validité du certificat de localisation qui vous sera fourni.

L’achat d’un terrain : la marche à suivre

Vous avez choisi d’acheter un terrain pour y construire la maison dont vous avez toujours rêvé ? Voici les grandes étapes que vous devrez suivre pour y arriver :

1. Évaluez vos besoins et votre budget

La première chose à faire est d’évaluer vos besoins à court terme, mais aussi à long terme. Après avoir dressé la liste de vos désirs par ordre de priorité, penchez-vous sur l’aspect financier de votre projet. Quel est votre budget total ? Prenez en compte tous les éléments, de l’acquisition du terrain jusqu’à la finition de votre propriété. Rappelez-vous que pas plus de 25 % à 30 % de vos ressources financières devraient être allouées à l’achat de votre terrain.

2. Obtenez les ressources financières nécessaires

Si vous ne possédez pas la liquidité nécessaire pour acheter le terrain, vous devrez préalablement faire une demande de prêt auprès d’une institution financière.

3. Magasinez votre terrain

Comparez les offres selon les différentes municipalités qui vous intéressent. Un courtier immobilier pourra également vous aider à trouver le terrain qui répond à tous vos critères.

4. Faites les vérifications nécessaires

Lorsque vous aurez trouvé un terrain qui vous intéresse, vous devrez faire toutes les vérifications énumérées plus haut. Demandez le certificat de localisation, faites vos recherches sur le zonage de la municipalité, consultez les plans, demandez les résultats des tests de sol… La liste est longue, mais mieux vaut faire preuve de vigilance lors d’un tel investissement !

5. Réalisez la transaction

Si, après avoir fait toutes les vérifications nécessaires, le terrain vous intéresse toujours, le moment sera venu de conclure la vente. Votre notaire est votre personne-ressource pour vous épauler dans les différentes étapes d’une transaction immobilière. Ce dernier saura également vous conseiller sur certains aspects légaux, notamment en vous expliquant certains détails importants du certificat de localisation.

6. Souscrivez une assurance habitation

Finalement, avant de commencer les travaux de construction il est fortement recommandé de détenir une assurance habitation pour couvrir votre bâtiment ainsi que votre responsabilité civile. Si vous avez un créancier hypothécaire, il exigera que vous en souscriviez une. Toutefois, l’assurance habitation comporte certaines exclusions et restrictions pour les maisons en construction. Informez-vous auprès de votre représentant en assurance de dommages.